En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies ne stockent aucune donnée à caractère personnel. Ils permettent juste de gérer les systèmes de votes. Si vous voulez la recette, c’est par ici !
OhDé Fanzine
Mallgrab, l'enquête
  • Publié le : 25/11/2020
  • Auteur : SuperPouet
Shred O mètre: 2984pts
pic_article pic_article
Nous nous intéressons aujourd'hui à un sujet grave dont on ne parle pas assez et qui fait des ravages dans la communauté skateboardistique : le mallgrab. Geste qui peut sembler anodin, au premier abord, et dont les répercussions commencent seulement à se faire connaître chez les grands du planchon.
Vous le savez sans doute déjà, le mallgrab consiste à tenir sa planche par le truck. Pourquoi me direz-vous ? J’imagine les interrogations des plus innocents d’entre vous : « un skateboard est fait pour rouler !  Le truck est en dessous !  Pourquoi le tenir ? » « En plus le mien est tout grindé, tu peux te couper, il est plein de wax et de crotte de chien, c’est dégueu » etc.
↓ Non, Non, NON et NON ! ↓
<
NON !
<
NON !
<
NON !
<
Et NON !
↑ Non, non, NON et NON ! ↑
Toutes ces questions sont légitimes face à ce phénomène irraisonnable et irraisonné. OhDé! s’est donc naturellement lancé dans l’investigation d’un mouvement qui prend de l’ampleur et dont les conséquences psychologiques, physiques et skateboardistiques sont encore peu connues. Ames sensibles, s’abstenir : le discours et les images qui suivent peuvent choquer.
Notre enquête commence à la source : nous sommes allés interroger un gérant de skateshop. Comme beaucoup de personnes dans cette interview, il a préféré rester anonyme. Pour les besoins de l’interview, nous le surnommerons SK8CHOPPE.

↑ Un shop banal dans une ville banale ↑
OhDé! : Salut *******, comment qu’c’est que ça va ti ? Parle nous de ton premier sentiment sur cette pratique obscure qu’est le mallgrab.
SK8CHOPPE : Ça va ça va. T’enregistres là ?

OhDé! : Oui c’est pour rien oublier.
SK8CHOPPE : Attention, on pourrait reconnaître ma voix.

OhDé! : Aucun souci, ce sera une interview écrite.
SK8CHOPPE : OK cool. Bon… Par où commencer ? J’ai ouvert en 1979. Autant te dire qu’à cette époque, rien, nada niveau mallgrab. Le skate était en pleine expansion, les gens skataient comme des fous et voulaient encore inventer des figures. C’était le bon vieux temps. Mais je me souviens de la toute première fois que j’ai vu un mallgrab… On appelait pas ça mallgrab à l’époque. On pensait qu’un mec voulait inventer une nouvelle figure… Pas que ce serait un grab sans pop ni sans replaque. Quand j’y repense, ça fait froid dans le dos. Tiens, tu vois, tu me demandes : « tu peux retourner dans le passé et changer une chose, tu fais quoi ? » Je pense que je saute au cou du premier mallgrabeur.

OhDé! : Comment ça a évolué ? Toi qui a été témoin de tout cela depuis le début
SK8CHOPPE : Mais explosion ! En 1983, les kids débarquaient et testaient les boards en les mallgrabbant ! C’était l’horreur. C’était tendu. Pour éviter ça, finies les boards montées, on laisse juste les plateaux à portée de main. J’ai mis mes trucks sous clé, sous vitrine, comme la plupart des autres skateshop d’ailleurs (ndlr : tous les skateshops font ça… Maintenant vous savez). Je n’ouvre que si le mec est clean mais c’est pas toujours évident d’identifier un mallgrabeur en manque qui vient pour sa came.

mallgrab vitrine
↑ Vitrine de skateshop (source : sk8picardie.fr) ↑


OhDé! : Aujourd’hui, comment ça se passe ?
SK8CHOPPE : Aujourd’hui, j’ai vu des choses horribles. Des jeunes prometteurs que j’aidais en leur trouvant des sponsors sont tombés dedans… J’avais une team de 5 jeunes, au top, ils skataient à fond. Aujourd’hui, plus rien. J’ai des potes qui tiennent d’autres shops, même chose. Certains ont préféré se reconvertir dans la trottinette… En fait, je connais un mallgrabeur qui s’en est bien tiré. Je lui lachais quelques boards en 1990 et il a été pris dans le Ringstrom (ndlr : SK8CHOPPE voulait dire ‘dans le maelstrom’, Matthias Ringstrom était un skater de rampe des années 90)… Mais j’ai entendu dire qu’il s’en est bien sorti. J’avais essayé de l’aider… (ndlr :SK8CHOPPE est ému et verse une larme)… Mais à l’époque, on savait pas ce qui pouvait arriver. On avait pas de recul. Tu sais, je suis persuadé que certains pros ont préféré faire croire qu’ils ont sombré dans la drogue ou qu’ils sont allés en taule plutôt que d’avouer qu’ils avaient eu des problèmes de mallgrab.

OhDé! : Tu penses à qui ?
SK8CHOPPE : Guy Mariano, j’en suis sûr. Il évite les grabs comme la peste dans ses nouvelles parts… C’est un signe. Un grab, c’est le premier pas vers la rechute...

LE SACHIEZ-NOUS ?

« Mallgrab » vient du latin ‘mallus’ qui veut dire ‘mal’ et du grec ‘grabbos’ qui veut dire ‘grab’ : « le grab du démon ». Les instigateurs veulent faire croire en un innocent grab de centre commercial. La réalité est toute autre. Selon certaines sources, Charles Manson en personne a imaginé ce grab et l’a propagé grâce à sa secte.
Après cette discussion chargée d’émotion avec SK8CHOPPE, nous avons pris contact avec ce mallgrabeur devenu sobre que nous surnommerons EXMLLGB.

↑ Photo d'une autre époque pour EXMLLGB... ↑
OhDé! : Bonjour EXMLLGB, tu es prêt pour ce qui suit ? Tu nous parles de ce qui t’es arrivé ?
EXMLLGB : oui je pense être prêt… Pas évident de ressasser tout ça mais bon.

OhDé! : Comment t’as été amené à mallgraber?
EXMLLGB : Au début, j’étais juste un skater normal. Peut être même prometteur. Des mecs pariaient sur moi. J’avais des sponsors, je faisais des tours, j’étais invité aux soirées… C’est en tour que j’ai fait mon premier mallgrab. J’étais dans la piaule avec un mallgrabeur mais je le savais pas. Tous les soirs il grattait ses trucks et enlevait la wax. Quand je lui ai demandé pourquoi il m’a dit qu’il aimait bien les sentir lisses sous la main. J’ai rien vu venir. J’ai touché. Le lendemain je grattais ma propre wax… J’étais foutu.

↓ Photos du délit ↓
<
Flagrant délit de mallgrab
<
Ohlala...
↑ Photos du délit ↑

OhDé! : La suite?
EXMLLGB : La suite ? La déchéance. J’ai tout perdu. Je me suis mis à mallgraber de plus en plus. Je filmais pour ****** (ndlr : la marque souhaite rester anonyme) et le filmeur s’énervait, je mallgrabais sur tous mes run-ups. Ajoute à ça que je pousse mongo. Le mec devait tellement couper au montage que pour faire 3 minutes de clips je devais filmer pendant 50 tours. J’avais du mal à lacher la board. Plus moyen de lancer un trick. Je passais mon temps le cul sur la planche. Les autres roulaient d’un spot à l’autre et j’arrivais plus suivre à pieds, le truck à la main. J’avais des points de côté, j’ai commencé à prendre des stimulants pour pouvoir suivre, courir plus vite… J’ai sombré dans la drogue. Les mecs des squats voulaient pas d’un mallgrabeur… Ils avaient un minimum de dignité… J’en avais plus une once. Je ne trainais qu’avec des mallgrabeurs. On se retrouvait dans des vieux skateparks et on se touchait les trucks les uns les autres… J’ai grabbé des choses pas grabbables… Si aujourd’hui beaucoup de pros deviennent conscients des ravages de l’alcool et de la drogue et se tournent vers la sobriété, les mallgrabeurs restent encore dans l’ombre, cachés, honteux, peu aidés, délaissés. J’ai un pote, il a essayé de mallgraber pendant un nosegrind.

↓ Choses pas grabbables ↓
<
Truck sous vide
<
Pourquoi ?
↑ Choses pas grabbables ↑

OhDé! : Ah ouais chaud
EXMLLGB : nan, mais tu comprends pas… Il a mallgrabé le truck avant.

OhDé! : ??
EXMLLGB : il a perdu la main… Mais il s’en est sorti. Il a trouvé un job. Il porte le déguisement du capitaine crochet à Disney. Il avait pourtant un bel avenir devant lui. Vous auriez dû voir les benihanas qu’il était capable de replaquer.

OhDé! : Et toi ? Comment tu t’en es sorti ?
EXMLLGB : Un jour, ma photo s’est retrouvée sur l’instagram de @traqueurs_de_mallgrab. Je m’en souviens comme si c’était hier. Je sortais du mall, trucks neufs en main sur cette photo... Ça a changé ma vie. La brigade anti-mallgrab m’est tombée dessus. Pas des tendres, mais avec le recul, je regrette pas. Ils m’ont confisqué ma board et forcé à faire de la trottinette électrique à Paris. Avec le casque et les gants de motards… C’est sûr qu’on peut pas mallgraber avec ça… Et on se rend compte qu’on est pas au fin fond du trou finalement. J’ai repris confiance en moi après.

OhDé! : Après quoi?
EXMLLGB : Ben, après être descendu de la trottinette…


Notre piste nous a mené tout droit vers @traqueurs_de_mallgrab. Pour certains, il est un justicier des temps moderne, pour d’autres, ses méthodes sont trop musclées. Qui est-il ? Quels intensions se cachent derrière ce pseudonyme ? En exclusivité pour Ohdé, @traqueurs_de_mallgrab s’exprime, explique son combat.
OhDé! : Bonjour @traqueurs_de_mallgrab, nous avons suivi ta piste, d’un skateshop en passant par un ex-mallgrabeur que tu aurais aidé. Peux-tu te présenter et nous présenter ce que tu fais.
@traqueurs_de_mallgrab : Salut OhDé! Déjà merci pour l’interêt que tu portes à notre combat, il est important d’avoir des soutiens sur les réseaux mais aussi dans la presse ! Nous préférons garder l’anonymat car nos techniques d’infiltrations nous demandent de rester discrets.

OhDé! : Quand tu dis ‘nous’, vous êtes combien exactement ?
@traqueurs_de_mallgrab : Je ne dirais pas que nous sommes une ou deux personnes différentes, car en réalité nous sommes deux, un et plusieurs en même temps, car nous sommes une unité, donc composée de plusieurs agents et traqueurs, mais comme nous sommes UNE unité, nous pourrions dire que nous sommes une seul personne, mais je dirais au final que nous sommes simplement LA BRIGADE ANTI MALLGRAB. Notre combat est simple, nous souhaitons exterminer les mallgrabeurs de ce monde, prévenir de ses dangers auprès des plus jeunes et assurer la sécurité et le bien être de la population.

↓ Ce que l'on ne veut plus jamais voir ↓
<
MallCrook ?
<
Chloé Bernard n'aime pas ça du tout
↑ Ce que l'on ne veut plus jamais voir ↑


OhDé! : Tu fais ça à temps plein ?
@traqueurs_de_mallgrab : Au début on faisait ça comme une sorte d’activité saisonnière, on s’est rendus compte que beaucoup de mallgrabeurs se promenaient en été au bord des terrasses de bars. Il n’a pas fallu longtemps pour comprendre qu’ils représentaient un danger pour les consommateurs. On s’est donc mis à traquer ces individus, pour assurer la pérennité de nos bars préférés et pouvoir ainsi picoler tranquille. Au fur et à mesure de nos captures, on a commencé à recevoir beaucoup de messages de partout en France, souvent de jeunes skateurs qui nous demandaient de l’aide. Ils ne comprenaient pas pourquoi tant de mallgrabeurs pouvaient ainsi vagabonder dans les rues et les skateparks sans craindre quoi que ce soit. Certains ont carrément balancé leurs potes poseurs car ils en avaient marre de les voir ainsi au quotidien, et car ils ne se sentaient tout simplement plus en sécurité. C’est là qu’on a pris conscience de l’ampleur du problème, ça nous est un peu tombé dessus, mais si nous ne prenions pas la décision d’aider la population, qui sait où cela aurait pu aller ? C’est là qu’est née la Brigade Anti Mallgrab, entreprise privée de sécurité publique. C’est un travail de tous les jours, voir plus, rares sont les moments où nous voyons nos femmes et nos amis.



OhDé! : pas trop dangereux ? Les mallgrabeurs sont réputés instables...
@traqueurs_de_mallgrab : En soit, on ne s'est jamais vraiment sentis en dangers, les mallgrabeurs en eux mêmes ne représentent aucun risque physique. Au debut, on les capturaient à main nu, souvent ils n'opposent pas de resistance, beaucoup ne sont pas au courant de ce qui ne va pas dans leur attitude. On faisait de la prévention auprès des plus jeunes, et on les libérait rapidement, on garde enfermés les plus agés, on les nourrit au pain sec et à l'eau, et nous leur offrons un truc à mallgraber le jour de leur anniversaire.

OhDé! : donc s’il y en a moins, c’est un peu grâce à vous ?
@traqueurs_de_mallgrab : Pas si simple… Au fur et à mesure de nos captures, certains agents ont commencé à changer d'attitude. Ils venaient à la brigade avec des t-shirts thrasher, en nous disant que Nyjah était vraiment un skateur stylé. J'en ai même vu en train de mallgraber discrètement au sein de la brigade. C'est là qu'on s'est aperçu que la maladie était contagieuse. On l'a nommée le Mallgrabus-19 : ça faisait cool et un peu peur en même temps. Le gouvernement n'a pas voulu inquiéter la population et a fait croire que tout ce bordel de confinement/masques/etc était dû à une chauve-souris qu'un chinois aurait mangé et ils ont renommé ça Covid-19. On a beaucoup ri à la brigade ! En revanche, on a beaucoup moins rigolé quand on a vu que c'était un échec et que les mallgrabeurs couraient encore les rues.

OhDé! : Y a encore du boulot c’est vrai… En tout cas, l’ex-mallgrabeur que j'ai croisé est très content de votre intervention, vous l'avez sauvé. Vous méritez la légion d’honneur… Non, mieux encore, vous méritez d’être SOTY !
FICHE PRÉVENTION
Soyez vigilants, pour mieux aider vos proches dans le besoin : comment reconnaître un mallgrabeur? Identifier un skater souffrant de mallgrabus-19 au plus tôt peut le sauver alors soyez vigilant quant à quelques signes :
  • T-shirt usé sur les côtés (le grip du nose de la board frotte)
  • Trick de prédilection : poser un cul
  • La personne ne monte pas sur son skate et ne roule pas, même quand le sol est lisse
  • La (long)board est neuve
  • Trace de mains sur le truck, peu d’usure naturelle dû aux grinds
Comment aider un mallgrabeur ? La première chose à faire est de le prendre en photo et d’envoyer ladite photo à @traqueurs_de_mallgrab. Le sujet sera alors en bonnes mains et quasiment direct en cure de désintox.
Shred O mètre: 2984pts
Cet article t'a plu?
Fais augmenter le compteur!
Untitled Document
C'est du vandalisme!
- Jean-Charles de Sainte-Adresse -
Untitled Document
TOP SHRED !
Numéro 2 / Tous

Oublie pas de
LIRE LE NUMÉRO 1 !
<